Référent.e Médical.e Projet GOZ BEIDA – Abeche – Tchad – H/F 119 views0 applications


CONTEXTE DU PROJET ABECHE

La situation sécuritaire n’étant pas stable dans la zone de l’Est est marquée par des incidents quotidiens comme les braquages, la criminalité, le vol de véhicule des humanitaires, des conflits intercommunautaires. La nouvelle crise soudanaise d’avril 2023 risquerait d’aggraver la situation sécuritaire que connaît la zone depuis plusieurs années.

Le 23 mars 2023, un conflit intercommunautaire entre Arabes et Mararites a éclaté à Tandalti, au Darfour occidental (Soudan), à la suite de l’assassinat d’un important commerçant mararite par des Arabes présumés. Des membres de la communauté de la victime auraient riposté en tuant deux Arabes. À leur tour, les Arabes ont attaqué la partie nord-est de la ville de Tandelti, tuant quatre personnes et en blessant sept autres. Les violences ont entraîné le déplacement forcé d’environ 890 personnes qui avaient franchi la frontière tchadienne à la recherche d’une protection internationale, vers des camps et des villages situés à quelque 25 kilomètres au nord de la ville d’Adré, chef-lieu du département de l’Assoungha. Les autorités administratives d’Adré ont été alarmées et ont demandé l’intervention de l’équipe humanitaire pour les aider à faire face à la crise humanitaire.

Le 15 avril, des combats ont éclaté à Khartoum, la capitale du Soudan, entre les Forces armées soudanaises (FAS) et les Forces de soutien rapide (FSR). En quelques jours, des affrontements ont éclaté dans tout le pays, notamment au Darfour, région frontalière avec le Tchad. Ces affrontements sont le résultat de tensions politico-militaires, alimentées par de profondes rivalités ethniques, qui divisent le pouvoir en place et, plus largement, le pays tout entier. Au 29 avril, OCHA faisait état d’au moins 512 morts, dont 5 travailleurs humanitaires, et de plus de 4 193 blessés. En raison de la détérioration rapide de la situation, les agences de l’ONU et les organisations humanitaires ont été contraintes d’évacuer leur personnel expatrié. Malgré une tentative de cessez-le-feu, les différents camps continuent de se battre pour le contrôle des infrastructures stratégiques. Selon le HCR, au 13 mai, environ 60 000 personnes avaient fui vers le Tchad : 3 000 dans la province de Wadi Fira, 51 000 dans la province de Ouaddaï et 6 000 dans la province de Sila.

Le HCR au Tchad s’attend à un afflux de 100 000 personnes (réfugiés soudanais et rapatriés tchadiens) d’ici la fin du mois.

La situation humanitaire dans la zone n’était pas reluisante bien avant l’arrivée des nouvelles vagues de réfugiés, dans plusieurs provinces (comme Ouaddaï, Sila, Salamat et Wadi-Fira où la production agricole a baissé), on a assisté à la migration des hommes, chefs de familles vers les zones d’orpaillage du nord, laissant derrière eux des enfants et des femmes dans une situation de vulnérabilité aiguë, car la grande partie des denrées alimentaires et d’autres produits de premières nécessités viennent du Soudan. Une grande famine est à craindre.

Avec l’afflux des nouveaux réfugiés dans les zones, la situation sécuritaire et humanitaire pourrait s’aggraver si des réponses ne sont pas apportées en direction des réfugiés et hôtes vulnérables, en dépit des réponses apportées par le gouvernement et ses partenaires, les besoins restent très importants au niveau des zones touchées. Il y a lieu de mentionner aussi, l’insuffisance d’appui des services de l’Etat soit parce qu’ils sont quasi inexistants, soit encore parce qu’ils n’ont pas la capacité de répondre aux besoins de la population tant autochtone que réfugiée, vue le contexte socio-politique et économique du Tchad.

PROTECTION DES BÉNÉFICIAIRES ET DES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ

Niveau 3 : Dans le cadre de ses fonctions, le ou la titulaire du poste sera amené·e à visiter les programmes et être en contact avec des enfants ou/et des adultes vulnérables. Par conséquent, la vérification du casier judiciaire ou la présentation d’un certificat de bonne vie et mœurs sera nécessaire. Dans les situations où l’impossibilité de fournir un casier judiciaire ou un certificat de bonne vie et mœurs est constatée, une déclaration sur l’honneur sera demandée.

LIEU DU POSTE : ABECHE /TCHAD

LIENS FONCTIONNELS ET HIERARCHIQUES

  • Il/elle rend compte au Coordinateur de Projet de sa base d’affectation qui est son responsable hiérarchique
  • Il rend compte également au Coordinateur médical qui est son référent technique
  • Il Collabore avec les équipes supports (logistique et finances)
  • Il encadre l’équipe médicale (le responsable des soins infirmiers, le superviseur médical etc.) de la coordination du projet auquel il est affecté.

MISSION ET ACTIVITES PRINCIPALES

Vous êtes responsable de la mise en place des activités médicales sur votre zone d’intervention. Vous vous assurez que les ressources du projet sont utilisées de manière pertinente et participez à la définition de la stratégie de votre base.

Vous accompagnez les équipes médicale et paramédicale dans le développement de leurs compétences.

  1. Définition des objectifs médicaux du projet et des stratégies d’intervention
  2. Organisation, analyse et bonne gestion des activités médicales du projet
  3. Encadrement et formation des ressources humaines soignantes du projet
  4. Mise en oeuvre de politiques santé staff projet
  5. Participation à la prévention contre les abus de pouvoir, les violences sexistes et sexuelles (PSEA)

EXPÉRIENCES & COMPÉTENCES

Vous êtes titulaire d’un diplôme médical, un diplôme paramédical serait indispensable, vous avez une expérience d’au moins 3 ans dans un contexte d’intervention médicale humanitaire, une expérience en termes de gestion d’équipe et d’encadrement. Une expérience préalable de 2 ans à un poste équivalent avec ALIMA ou avec une autre ONG Internationale sur le terrain serait un atout. Expérience et connaissance ouverture projet RRM (mécanisme de réponse rapide )

Vous avez des capacités d’analyse et d’organisation, sens critique et force de proposition, capacité à travailler en équipe dans des contextes multiculturels.

LANGUES

La maîtrise du français est obligatoire, une langue locale est un atout

CONDITIONS

Durée et type de contrat : 6 mois

Prise de poste : ASAP

Salaire : Selon grille salariale ALIMA + valorisation de l’expérience + Perdiem

ALIMA prend en charge:

  • Les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission
  • Les frais d’hébergement
  • La couverture médicale du premier jour de contrat à un mois après la date de départ du pays de mission pour l’employé et ses ayants droits
  • L’évacuation pour l’employé et ses ayants droits

Pour postuler, veuillez envoyer votre CV et Lettre de Motivation en ligne avant le 8/03/2024

Les candidatures sont traitées suivant l’ordre d’arrivée. ALIMA se réserve le droit de fermer l’offre avant le terme initialement indiqué si une candidature est retenue. Seules les candidatures complètes (CV en format PDF + Lettre de Motivation) seront étudiées.

More Information

  • Job City Abeche
  • This job has expired!
Share this job


The Alliance for International Medical Action, ALIMA, offers a new way of collaboration between humanitarian organizations. ALIMA puts network and strengthens national NGOs of humanitarian medicine to implement demanding care projects both in the quality of medicine in the number of patients treated. These projects are both in humanitarian emergencies and in chronic crisis contexts that require the development of medium-term projects.

ALIMA’s innovative operational approach and research programmes deepen the impact of our humanitarian work and help us save as many lives as possible. The funds entrusted to ALIMA allow us to:

Treat more patients and save even more lives by providing high-quality medical care that is adapted to each humanitarian crisis;

Offer improved treatments in ongoing medical crises such as malaria, acute malnutrition and associated illnesses. We also deliver comprehensive and systematic paediatric treatment programmes to reduce infant and child mortality;

Invest in medical innovation by using research to improve what we do in humanitarian crises, we seek to deliver sustainable medical solutions to people who wouldn’t otherwise have access to treatment.

“In Niger, ALIMA and BEFEN have developed strategies that get mums to participate in screening their children for malnutrition. This strategy has identified sick children at an earlier stage and significantly reduced the numbers who are hospitalized. In 2015, they treated nearly 50,000 severely malnourished children”. Amadou Alzouma, programme officer of the European Commission’s Humanitarian Aid and Civil Protection department (ECHO)

“Today we have amassed one hundred years’ experience in humanitarian aid. The contexts are evolving and with them the needs of the populations. Operational research is paramount for finding solutions to increasingly complex health problems”. Dr Moumouni Kinda, ALIMA programme officer

ALIMA brings together stakeholders committed to serving the health of the most vulnerable. Together they are inventing a new kind of emergency humanitarian medicine for the 21st century. ALIMA develops innovative approaches designed to fill the gap between medical needs in crisis situations and the responses of the humanitarian aid system. This approach is based on four principles: proximity, alliance, quality, and research.

Connect with us
0 USD Abeche CF 3201 Abc road Fixed Term , 40 hours per week ALIMA – The Alliance for International Medical Action

CONTEXTE DU PROJET ABECHE

La situation sécuritaire n’étant pas stable dans la zone de l’Est est marquée par des incidents quotidiens comme les braquages, la criminalité, le vol de véhicule des humanitaires, des conflits intercommunautaires. La nouvelle crise soudanaise d’avril 2023 risquerait d’aggraver la situation sécuritaire que connaît la zone depuis plusieurs années.

Le 23 mars 2023, un conflit intercommunautaire entre Arabes et Mararites a éclaté à Tandalti, au Darfour occidental (Soudan), à la suite de l'assassinat d'un important commerçant mararite par des Arabes présumés. Des membres de la communauté de la victime auraient riposté en tuant deux Arabes. À leur tour, les Arabes ont attaqué la partie nord-est de la ville de Tandelti, tuant quatre personnes et en blessant sept autres. Les violences ont entraîné le déplacement forcé d'environ 890 personnes qui avaient franchi la frontière tchadienne à la recherche d'une protection internationale, vers des camps et des villages situés à quelque 25 kilomètres au nord de la ville d'Adré, chef-lieu du département de l'Assoungha. Les autorités administratives d'Adré ont été alarmées et ont demandé l'intervention de l'équipe humanitaire pour les aider à faire face à la crise humanitaire.

Le 15 avril, des combats ont éclaté à Khartoum, la capitale du Soudan, entre les Forces armées soudanaises (FAS) et les Forces de soutien rapide (FSR). En quelques jours, des affrontements ont éclaté dans tout le pays, notamment au Darfour, région frontalière avec le Tchad. Ces affrontements sont le résultat de tensions politico-militaires, alimentées par de profondes rivalités ethniques, qui divisent le pouvoir en place et, plus largement, le pays tout entier. Au 29 avril, OCHA faisait état d'au moins 512 morts, dont 5 travailleurs humanitaires, et de plus de 4 193 blessés. En raison de la détérioration rapide de la situation, les agences de l'ONU et les organisations humanitaires ont été contraintes d'évacuer leur personnel expatrié. Malgré une tentative de cessez-le-feu, les différents camps continuent de se battre pour le contrôle des infrastructures stratégiques. Selon le HCR, au 13 mai, environ 60 000 personnes avaient fui vers le Tchad : 3 000 dans la province de Wadi Fira, 51 000 dans la province de Ouaddaï et 6 000 dans la province de Sila.

Le HCR au Tchad s'attend à un afflux de 100 000 personnes (réfugiés soudanais et rapatriés tchadiens) d'ici la fin du mois.

La situation humanitaire dans la zone n’était pas reluisante bien avant l’arrivée des nouvelles vagues de réfugiés, dans plusieurs provinces (comme Ouaddaï, Sila, Salamat et Wadi-Fira où la production agricole a baissé), on a assisté à la migration des hommes, chefs de familles vers les zones d’orpaillage du nord, laissant derrière eux des enfants et des femmes dans une situation de vulnérabilité aiguë, car la grande partie des denrées alimentaires et d’autres produits de premières nécessités viennent du Soudan. Une grande famine est à craindre.

Avec l’afflux des nouveaux réfugiés dans les zones, la situation sécuritaire et humanitaire pourrait s’aggraver si des réponses ne sont pas apportées en direction des réfugiés et hôtes vulnérables, en dépit des réponses apportées par le gouvernement et ses partenaires, les besoins restent très importants au niveau des zones touchées. Il y a lieu de mentionner aussi, l’insuffisance d’appui des services de l’Etat soit parce qu’ils sont quasi inexistants, soit encore parce qu’ils n’ont pas la capacité de répondre aux besoins de la population tant autochtone que réfugiée, vue le contexte socio-politique et économique du Tchad.

PROTECTION DES BÉNÉFICIAIRES ET DES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ

Niveau 3 : Dans le cadre de ses fonctions, le ou la titulaire du poste sera amené·e à visiter les programmes et être en contact avec des enfants ou/et des adultes vulnérables. Par conséquent, la vérification du casier judiciaire ou la présentation d'un certificat de bonne vie et mœurs sera nécessaire. Dans les situations où l’impossibilité de fournir un casier judiciaire ou un certificat de bonne vie et mœurs est constatée, une déclaration sur l’honneur sera demandée.

LIEU DU POSTE : ABECHE /TCHAD

LIENS FONCTIONNELS ET HIERARCHIQUES

  • Il/elle rend compte au Coordinateur de Projet de sa base d’affectation qui est son responsable hiérarchique
  • Il rend compte également au Coordinateur médical qui est son référent technique
  • Il Collabore avec les équipes supports (logistique et finances)
  • Il encadre l’équipe médicale (le responsable des soins infirmiers, le superviseur médical etc.) de la coordination du projet auquel il est affecté.

MISSION ET ACTIVITES PRINCIPALES

Vous êtes responsable de la mise en place des activités médicales sur votre zone d’intervention. Vous vous assurez que les ressources du projet sont utilisées de manière pertinente et participez à la définition de la stratégie de votre base.

Vous accompagnez les équipes médicale et paramédicale dans le développement de leurs compétences.

  1. Définition des objectifs médicaux du projet et des stratégies d’intervention
  2. Organisation, analyse et bonne gestion des activités médicales du projet
  3. Encadrement et formation des ressources humaines soignantes du projet
  4. Mise en oeuvre de politiques santé staff projet
  5. Participation à la prévention contre les abus de pouvoir, les violences sexistes et sexuelles (PSEA)

EXPÉRIENCES & COMPÉTENCES

Vous êtes titulaire d’un diplôme médical, un diplôme paramédical serait indispensable, vous avez une expérience d’au moins 3 ans dans un contexte d'intervention médicale humanitaire, une expérience en termes de gestion d’équipe et d’encadrement. Une expérience préalable de 2 ans à un poste équivalent avec ALIMA ou avec une autre ONG Internationale sur le terrain serait un atout. Expérience et connaissance ouverture projet RRM (mécanisme de réponse rapide )

Vous avez des capacités d’analyse et d’organisation, sens critique et force de proposition, capacité à travailler en équipe dans des contextes multiculturels.

LANGUES

La maîtrise du français est obligatoire, une langue locale est un atout

CONDITIONS

Durée et type de contrat : 6 mois

Prise de poste : ASAP

Salaire : Selon grille salariale ALIMA + valorisation de l’expérience + Perdiem

ALIMA prend en charge:

  • Les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission
  • Les frais d’hébergement
  • La couverture médicale du premier jour de contrat à un mois après la date de départ du pays de mission pour l’employé et ses ayants droits
  • L’évacuation pour l’employé et ses ayants droits

Pour postuler, veuillez envoyer votre CV et Lettre de Motivation en ligne avant le 8/03/2024

Les candidatures sont traitées suivant l’ordre d’arrivée. ALIMA se réserve le droit de fermer l’offre avant le terme initialement indiqué si une candidature est retenue. Seules les candidatures complètes (CV en format PDF + Lettre de Motivation) seront étudiées.

2024-03-09

NGO Jobs in Africa | NGO Jobs

Ngojobsinafrica.com is Africa’s largest Job site that focuses only on Non-Government Organization job Opportunities across Africa. We publish latest jobs and career information for Africans who intends to build a career in the NGO Sector. We ensure that we provide you with all Non-governmental Jobs in Africa on a consistent basis. We aggregate all NGO Jobs in Africa and ensure authenticity of all jobs available on our site. We are your one stop site for all NGO Jobs in Africa. Stay with us for authenticity & consistency.

Stay up to date

Subscribe for email updates

April 2024
MTWTFSS
« Jan  
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 
RSS Feed by country: